Home Notre défi: diversifier les méthodes de pêche
Share
PÊCHE

Notre défi: diversifier les méthodes de pêche

Nous avons adopté depuis longtemps une politique de diversification des méthodes de pêche afin d’équilibrer au mieux sa durabilité environnementale, sociale et économique.

Nous étudions attentivement différents facteurs comme : l’impact sur l'environnement des carburants consommés pour chaque tonne pêchée, le risque de prises accidentelles d’autres espèces marines, les conditions de travail des pêcheurs, la sécurité en termes d’hygiène et de santé ainsi que la commercialisation d’un produit d’excellente qualité à un prix abordable.

Pêche avec senne coulissante (Purse Seiner)

Cette méthode est pratiquée à bord de grands navires qui partent souvent pêcher en haute mer pendant plusieurs semaines. Lorsque les pêcheurs repèrent un banc de poissons, ils descendent une petite embarcation à la mer à laquelle est fixé un filet en nylon. Celui-ci est alors jeté à l’eau de manière à former une sorte de sac (appelé senne ou seiner en anglais) qui capture les poissons et permet de les ramener à bord où ils sont congelés dans des chambres froides.

pro

Les poissons sont capturés depuis une seule embarcation, ce qui permet une meilleure traçabilité et garantit le respect des normes hygiéniques et sanitaires des poissons pêchés ainsi que de meilleures conditions de travail pour les pêcheurs. Cette pêche présente une incidence de consommation de carburant moindre par tonne de poisson pêchée et un impact environnemental réduit comparé aux autres méthodes de pêche.

cons

Malgré l’incidence moindre des prises accidentelles comparé aux autres filières de pêche, celle-ci représente en moyenne 5% de la pêche totale dont 80% d’espèces qui ne sont pas menacées d’extinction.

La pêche à senne coulissante peut se pratiquer tant sur des dispositifs de concentration de poisson (DCP) que sur bancs libres.

D’un côté, l’utilisation de DCP favorise la concentration des thons sous les dispositifs - ce qui permet de pêcher davantage de poisson depuis un bateau dans un même laps de temps tout en réduisant la consommation de carburant - mais, d’un autre côté, elle provoque un nombre accru de prises accidentelles d'autres espèces.

La méthode alternative sur bancs libres réduit considérablement le risque de prises accidentelles mais elle consomme davantage de carburant car le capitaine doit traquer longuement les bancs de thon.

Pêche à la canne

Il s'agit d’une méthode de pêche traditionnelle pratiquée à faible distance des côtes. Depuis le bateau, les pêcheurs jettent dans l'eau des appâts vivants pour attirer les thons puis, à l’aide de jets d'eau sous pression, ils créent des tourbillons qui attirent les poissons. Les pêcheurs lancent alors les lignes avec des hameçons et, grâce à l'agitation des eaux, les thons mordent à l'hameçon et sont hissés à bord où l’on procède rapidement à leur conservation en les recouvrant de glace avant de les congeler.

La pêche à la canne se décline principalement en pêche sur DCP et sur bancs libres.

pro

Le risque de prises accidentelles est limité au minimum car les poissons sont pêchés un à un.

cons

L’utilisation d'appâts vivants, le plus souvent des sardines ou autres petits poissons, porte atteinte à ces populations si elle n'est pas gérée correctement. Étant donné les petites quantités de poisson pêché, les bateaux ont tendance à consommer davantage de carburant par tonne de poisson pêché. De plus, cette méthode est naturellement plus fatigante pour les pêcheurs.